Une recette de #courge #crue, c’est possible ?

Une recette de #courge #crue, c'est possible ?

Mais oui il est possible de consommer la courge crue en salade ! Coupée en petits dés et marinée pendant une nuit dans de l’huile d’olive, du vinaigre et du sel, la courge n’en sera que meilleure le lendemain !

Une recette de #courge #crue, c'est possible ?

Une recette de #courge #crue, c'est possible ?

 

Le jour où j’ai arrêté de faire #semblant

Le jour où j'ai arrêté de faire #semblant

Je sais bien travailler en équipe et j’ai toujours fait de mon mieux. J’ai donc eu des bonnes évaluations lors de ma scolarité puis des bons rapports annuels de la part de mon boss.

Pourtant aujourd’hui, j’adore travailler pour moi. En effet, être indépendante dans mon travail me donne la liberté d’être vraie et authentique. Je n’ai plus envie de faire semblant pour plaire à quelqu’un, même si cela reste dans le domaine professionnel. J’ai envie d’être la même partout, sans un moi au travail et un moi le reste du temps.

 

Personne ne te donnera de médaille #mamansolo

Personne ne te donnera de médaille #mamansolo

Tu es une maman solo comme moi ? Nous faisons du mieux possible n’est-ce pas ? Nous continuons à avancer même lorsque nous sommes épuisées ou malades, car il faut bien que les enfants continuent à vivre leur quotidien, notamment qu’ils aillent à l’école le matin.

Pourtant, à mon grand étonnement, nous sommes parfois vues comme déficientes ou pires nous sommes infantilisées et couvertes de reproches lorsque le comportement de nos enfants ne rentre pas dans une boîte.

Mon amie ma sœur, je te donne la médaille que l’on ne te donnera jamais. Je t’envoie la compassion et l’admiration que tu mérites.

 

 

#Revue du #livre Le feu de l’esprit ou L’ultime effort est de n’en faire aucun de #GregoryMutombo

#Revue du #livre Le feu de l'esprit ou L'ultime effort est de n'en faire aucun de #GregoryMutombo

Pourquoi lire le livre Le feu de l’esprit de Gregory Mutombo ?

1. Reconnaître que nous sommes tous de la même famille

Gregory Mutombo a cette magnifique phrase : « Aller vers la dissemblance, oser s’approcher d’humains différents, n’est pas tant un moyen d’enrichissement mutuel que celui de se souvenir de la similarité fondamentale résidant sous la surface visible. »

En quittant Paris en France pour aller habiter en Afrique, je suis devenue une étrangère. La réaction des gens est tellement intéressante et variée. Ce que j’apprécie le plus est lorsqu’une personne me communique sa bienveillance, parfois même sans utiliser des mots puisque nous ne parlons pas la même langue.

Je suis fascinée par dénominateur commun qui unit tous les êtres humains, au-delà des différences de surface.

2. La voie de la facilité

On marie volontiers efforts et force, obstacles à surmonter et courage à puiser. Pourtant, Gregory Mutombo nous confie que : « Redevenir humain est se rappeler le précepte « tu naîtras dans la paix et vivras dans la joie » et oublier « tu enfanteras dans la douleur et gagneras ton pain à la sueur de ton front » ».

Nous ne sommes pas vivantes pour souffrir mon amie ma soeur. Nous sommes aussi là sur cette terre pour en profiter en savourant toute la beauté du monde.

Méfions-nous de l’endurance portée aux nues. J’ai enduré la maltraitance pendant longtemps, me laissant aller à mon penchant naturel pour la persistance, coûte que coûte.

La vie doit aussi être facile et déliée comme une danseuse souple et gracieuse.

3. Laisser tomber la culpabilité

« L’idée d’avoir mal agi remonte à l’origine de l’humanité. Les enfants, s’éloignant de leurs parents pour goûter à la liberté d’exister en dehors de l’absolu, se sont soudain crus fautifs d’avoir obéi à leur élan » nous explique l’auteur du livre Le feu de l’esprit.

Aujourd’hui je fais de mon mieux pour ne pas insuffler ce sentiment de culpabilité à mes enfants, pour l’avoir trop connu moi-même. Quel gâchis ! Cette impression de faute alors que nous étions des enfants innocents.

Gregory Mutombo souligne que : « Profondément inscrite dans le patrimoine collectif, cette culpabilité est une croyance qui, comme toutes les autres, appelle sans cesse sa preuve par l’expérience. » Ainsi, si je me crois coupable de quelque chose, je fais en quelque sorte créer les circonstances de ma vie qui prouvent cette croyance. Tout ce que je crois devient vrai mon amie ma soeur, c’est le grand message que je retire du beau livre de Gregory Mutombo : « puisque nous sommes des créatures divines, tout ce que nous plaçons en notre esprit et prenons pour vrai se manifeste. »

4. Et si quelqu’un nous a fait du mal ?

Pardonner ne signifie en aucun cas approuver l’acte commis. Il est une prise de liberté par rapport à la constante rumination du traumatisme vécu.

En outre, nul besoin de se soucier de rendre la pareille. La vengeance ne ferait que nous enfermer dans une relation avec le manipulateur ou autre. Il est intéressant de prendre conscience que « la « punition » est contenue dans l’acte lui- même, telle une pierre lancée à la verticale dans le ciel et d’ores et déjà en train de retomber sur son lanceur. » Reste libre mon amie ma soeur, ne te préoccupe pas de la punition de ton agresseur.

Etre reconnue comme victime est important pour se reconstruire, mais je n’ai pas ressenti que le système judiciaire m’avait accordé ce statut. Mes paroles n’ont été prises au sérieux. Mon but n’a jamais été qu’il soit envoyé en prison, d’où il serait ressorti encore pire. J’aime donc cette idée du Feu de l’esprit. La pierre est déjà en train de retomber, non seulement chacun assume les conséquences de ses actes mais « La violence faite à autrui est la manifestation d’un haut degré d’ignorance, car ce qui est commis contre l’autre est en premier lieu commis contre soi. »

Gregory Mutombo précise bien que : « nombre de « victimes » ont constaté avec consternation que la condamnation lourde de leur agresseur n’allégeait en rien leur mal-être, même si dans l’instant de la prononciation du verdict, l’impression d’être reconnues en tant que victimes semblait soulager quelque chose« .

Je sais que ma maman n’a pas eu une enfance heureuse. Pourtant, j’ai été témoin toute mon enfance d’un ressassement perpétuel des traumatismes vécus avec un besoin si grand d’être plainte que je ne pouvais même pas être en colère ou frustrée moi-même puisque je n’avais pas vécu ce que ma maman vivait. Cela a étouffé toute émotion négative que j’aurais voulu exprimer, sans jamais aider ma maman à aller mieux.

Le feu de l’esprit nous donne une clé importante à ce sujet : « tant que nous nous accrochons à l’idée que nous sommes victimes d’autrui, nous maintenons la réalité formelle de notre croyance et permettons la réitération de ce scénario vieux comme le monde. » Prenons notre envol mon amie ma soeur. Concentrons notre attention sur notre vie. Apportons à nos projets toute la création bouillonnante et joyeuse qu’ils méritent.

5. Plaidoyer pour l’abondance

J’ai grandi dans une mentalité de manque et de mépris pour les gens aisés. Quelle révolution pour moi d’apprendre que l’abondance des uns fait le bonheur des autres ! L’abondance est à l’image de l’amour. Elle ne nuit pas aux autres, au contraire.

Gregory Mutombo affirme que : « L’idée que la possession des uns entraîne la privation des autres est profondément ancrée dans un grand nombre d’esprits qui perçoivent l’abondance non comme un flux infini, mais comme une sorte de gâteau à se partager. Pourtant, aucune dépossession vengeresse n’a jamais enrichi ceux qui s’y étaient adonnés, tout simplement parce que l’aisance matérielle n’est pas fonction d’un avoir, mais d’un état. »

Aujourd’hui je travaille avant tout sur ma vibration, mes sensations et ma vision. Je ressens l’abondance comme une prémisse à sa matérialisation.

6. La dureté de la vie ?

Petite, on me disait que dans la vie, « il faut se faire violence ». J’ai mis des décennies à renverser cette idée dans mon esprit.

Gregory Mutombo nous prévient : « Tout ce qui s’obtient par l’effort et la contrainte devra se conserver par l’effort et la contrainte. »

Je n’ai pas envie de me laisser aller ou ne rien faire en attendant que mes souhaits tombent du ciel. Pourtant, même si je suis très active, même si je me réveille presque tous les jours à 4h30 pour avancer sur mes projets, je conserve cette idée de réception paisible.

Ma connexion internet ne fonctionne plus et m’empêche de faire ma leçon de français ? Je suis très embêtée mais pas en rage. Mon élève de 5 heures du matin n’est pas au rendez-vous ? Je travaille sur clairesamuel.fr à la place.

J’ai poussé mon corps à son extrême en reprenant des études de droit tout en élevant mes enfants seule. Cette expérience m’a beaucoup appris, mais elle m’a poussée dans le territoire dangereux du burn-out. Je n’étais plus présente pour prendre soin de moi ni pour donner à mes enfants l’attention dont ils ont besoin.

Etre active, oui, mais se tuer à la tâche, c’est bien fini.

7. La peur ou l’amour ?

Combien de fois ai-je retrouvé cette idée au fil de mes lectures ! Peur ou amour ? Gregory Mutombo apporte une définition de notre liberté de choix intrinsèque : « Le libre arbitre, nous l’avons déjà dit, ne se situe pas dans le plan physique, dans le choix entre tel partenaire et tel autre, mais bien face à la peur et à l’amour. »

La peur ? La contraction ? Le repli ? Ou bien la confiance, l’accueil de ce qui vient, l’absence de jugement sur nos circonstances de vie. Cette idée clée se trouve également dans les livres de Marianne Williamson, auteur notamment d' »Un retour à l’amour » et de Gabrielle Bernstein qui a écrit « L’Univers veille sur toi« .

Le manipulateur me répétait qu’il ne fallait pas que je m’écoute. Gregory Mutombo à l’inverse explique que : « La peur – émotion fondamentale avec l’amour – est donc la conséquence d’un choix, celui de dire « non » aux sentiments perçus. » Accueillons nos sensations avec bienveillance, essayons de décoder leur message sans se laisser submergées par elles.

Choisir l’amour dans mon quotidien, c’est aussi ne pas m’énerver plus que de raison lorsque la maîtresse de mon fils me manque de respect, me traite avec condescendance et mépris. Choisir l’amour c’est choisir le camp de mon enfant intérieur et le protéger en établissant des barrières claires avec les gens que je ne sens pas.

8. Notre vie, notre responsabilité

Des enfants jettent des pierres à mon chien et détruisent mes fleurs ? C’est ma responsabilité. Il y a quelque chose en moi qui attire cela. Peut-être ai-je simplement besoin d’exprimer mon pouvoir personnel en allant voir leurs mamans respectives ?

Le feu de l’esprit est un livre qui peut ennerver voire choquer. En effet, Gregory Mutombo affirme que : « Ce que nous peinons à voir en nous-mêmes nous est toujours montré au-dehors. »

La vie est un reflet de nous-mêmes. Par conséquent, « la maladie n’est que la formalisation d’une dissonance résidant dans l’esprit. » et il faut « cesser de voir des causes extérieures à la maladie. »

Ainsi, je suis consciente que j’ai attiré dans ma vie un manipulateur dangereux car, persuadée de ne pas mériter l’amour vrai, je cherchais à manipuler quelqu’un pour qu’il m’aime, pour qu’il ne m’abandonne pas cette fois-ci. Je n’ai pas respecté mon corps donc j’ai attiré la maltraitance. Je me suis abandonnée moi-même donc j’ai connu la solitude totale.

Encore une fois revient cette idée que nous sommes créatrices de notre vie mon amie ma soeur : « L’Esprit agit sur et par la matière et non l’inverse« . Quel choc. Quelle responsabilité. Quelle liberté aussi.

9. Etre spirituelle ou pas ?

Je ne me colle pas l’étiquette de spirituelle et je ne peux pas donner des conseils : qui suis-je pour le faire ? En revanche, je suis un être humain et je partage mon expérience car je me suis cramponnée à la vie grâce à des belles âmes qui ont fait de même.

Or Gregory Mutombo nous prévient : « Osons voir que de nombreux êtres ne détenant aucun savoir « spirituel » sont beaucoup plus « proches » de la vérité que certains arborant avec éclat une culture ésotérique de dimension encyclopédique. »

Ne te sens pas inférieure parce que tu n’as pas lu tous les livres de développement personnel. Certaines d’entre nous n’en ont pas besoin pour ouvrir leur coeur.

10. Notre interdépendance

Le beau livre de Gregory Mutombo Le feu de l’esprit nous invite à nous rappeler que « nous ne pouvons pas ne pas être reliés les uns aux autres« . Tout ce que je te fais ou ne te fais pas me revient un jour.

Une femme qui souffre n’est pas séparée de mon existence. En aidant une femme à relever un peu la tête ou à découvrir de nouvelles choses, je m’aide moi-même.

Nous sommes toutes ensemble mon amie ma soeur. Nous avons tellement à gagner à avancer main dans la main.

Est-il possible de partager et promouvoir sans rien attendre en retour ? #générosité gratuite

Est-il possible de partager et promouvoir sans rien attendre en retour ? #générosité gratuite

J’adore partager avec toi ce que font les autres mon amie ma soeur.

Pourtant, il m’est arrivé de recevoir à deux reprises des messages de personnes pour lesquelles j’avais fait ce qui peut être considéré comme de la publicité gratuite.

J’ai eu l’impression qu’elles s’attendaient à ce que je leur demande quelque chose en retour, comme si c’était impossible de partager pour ce simple plaisir.

Qu’en penses-tu ? Est-ce que je continue à partager avec toi les comptes Instagram et chaînes YouTube de personnes intéressantes ?

 

Retour sur mon mois de janvier 2019 #monmoisàmoi

Retour sur mon mois de janvier 2019 #monmoisàmoi

Projets, objectifs et partage : je continue sur ma lancée avec le triptyque proposé par Justine de Blog d’une partageuse. Les détails sont ici.

Ce mois de janvier a été bien rempli car j’ai énormément travaillé sur Preply en donnant des cours de français. Je me suis souvent réveillée à 4h30 du matin afin de pouvoir aider des personnes résidant aux Etats-Unis à apprendre ou améliorer leur français.

Pourtant, en fin de mois, j’ai ressenti un gros coup de fatigue avec des maux de tête et les yeux qui brûlent. J’ai donc décidé de revoir et plus précisément d’alléger mon planning.

Le but des leçons de français que j’offre sur Preply est de m’aider à continuer mes partages sur clairesamuel.fr, ma chaîne youtube Claire Samuel en français et mon compte Instagram @clairesamuelenglish.

S’il est vrai que je reçois des commissions d’Amazon pour mon livre, elles sont généralement de l’ordre de 4 euros par mois pour le moment. J’en vivrai un jour j’en suis sûre. Je dois être patiente et m’améliorer sans cesse pour t’apporter de la valeur mon amie ma soeur.

Je suis donc rassurée d’avoir une source de revenus et d’adorer enseigner le français. Mes élèves sont des avocats (ou futurs avocats), des enfants et des chefs d’entreprise de tous les pays du monde.

Côté coeur

C’est le calme plat malgré une attirance pour une personne que j’aime beaucoup. On verra et je te tiens au courant mon amie ma soeur.

J’espère que de ton côté tu profites d’une belle relation car je sens que c’est important pour naviguer dans la vie. Important ne signifie pas facile. Je suis bien consciente qu’être en couple est aussi un challenge, mais qui nous fait grandir et évoluer.

Mon objectif pour février

Il est de tendre vers une danse plus harmonieuse entre mon sommeil, mes cours de français et le travail sur clairesamuel.fr.

Je suis toujours fière de mes deux enfants et mon objectif est de continuer à les élever du mieux possible. Cela n’est pas la voie la plus facile mais elle est satisfaisante. Ainsi, refuser que ma fille de 12 ans passe son week-end sur son portable m’a permis de profiter d’une belle balade et d’un repas avec elle.

Je suis ravie de voir à quel point mon fils est gai et enthousiaste par rapport à l’année dernière à Paris dans son ancienne école.

La question du mois de janvier posée par Justine est la suivante :

Quel est mon plus grand rêve ?

Mon plus grand rêve est de vivre de mes créations diverses : livres, vidéos, consultations privées, cercles de femmes, cours de français, afin d’avoir l’esprit le plus tranquille possible pour élever mes enfants et je l’espère partager un jour ma vie avec un homme.

J’ai remarqué que les soucis d’argent sont tellement stressants qu’ils avaient dans le passé beaucoup impacté ma relation avec mes enfants. Ainsi, j’étais vite impatiente et nerveuse avec eux lorsque je me faisais du souci pour payer le loyer.

L’année 2019 a pour moi deux thèmes principaux : l’amour ou le coeur et l’abondance. Je me maintiens donc le plus possible dans une vibration de réception de l’abondance que je mérite et que tu mérites de la même façon mon amie ma soeur.

Ma photo du mois

Retour sur mon mois de janvier 2019 #monmoisàmoi

C’est celle d’un bébé aloé vera offert par mon voisin dans un adorable pot en terre cuite de forme conique. Il est entouré de minuscules coquillages que nous avons ramassés ensemble à la plage. Il symbolise l’importance des relations humaines. Sans lui, je n’aurais pas pu vivre ici ou alors je serais tombée malade de stress. Il m’a beaucoup aidée.

 

Celles qui ne peuvent pas compter sur leurs parents pour #quitter une #relation #toxique

Celles qui ne peuvent pas compter sur leurs parents pour #quitter une #relation #toxique

Pourquoi est-ce parfois très difficile de sortir du piège de la maltraitance surtout lorsque l’on a des enfants ?

Tout simplement lorsque nous n’avons nulle part où aller, par exemple pour toutes celles qui ne peuvent compter sur leurs parents.

Encore une fois, ce n’est pas une question d’intelligence. Les femmes sont emprisonnées dans des relations toxiques pour des raisons réelles, complexes et qui parfois semblent insolubles.

Envoyons-leur toute notre compassion au lieu d’utiliser un jugement hâtif.

 

 

 

 

Comment utiliser la poudre de #grainesdechanvre dans un #smoothie ou se régaler #cru

Comment utiliser la poudre de #grainesdechanvre dans un #smoothie ou comment vraiment se régaler ? #cru

La #recette est simple : une belle cuillère à soupe de poudre de graines de chanvre bio avec de l’eau, des bananes et du cacao cru ou éclats de fèves naturelles du cacaoyer (cacao nibs sur Raw Living). Ajoute des dates pour plus de douceur. Bon régal mon amie ma soeur !

Ma poudre protéinée de graines de chanvres crues et biologiques vient de chez Raw Living :

Raw Living Rawliving

 

 

Comment utiliser la poudre de #grainesdechanvre dans un #smoothie ou se régaler #cru

 

Comment utiliser la poudre de #grainesdechanvre dans un #smoothie ou se régaler #cru

 

 

 

 

 

 

J’ai plein de #questions mais aucune #réponse ou d’une envie de se sentir #protégée

J'ai plein de #questions mais aucune #réponse ou d'une envie de se sentir #protégée

Parfois il est utile de reconnaître que nous avons beaucoup de questions sans réponse.

A ce moment-là, nous pouvons choisir de faire confiance à l’univers, au lieu de s’inquiéter.

Les réponses apparaîtront au bon moment, j’en suis sûre.

Plein de bonnes choses pour toi mon amie ma soeur.

 

 

Confessions à coeur ouvert d’une #maman d’une adolescente #ados

Confessions à coeur ouvert d'une #maman d'une adolescente #ados

Elle veut un deuxième manteau et j’ai froid depuis le mois de novembre car je n’en ai pas. En même temps, cela reflète mes priorités. J’ai acheté des supers aliments comme le chocolat cru et des réserves de graines de chanvre et autres poudres protéinées pour un prix similaire. Donc c’est mon choix de dépenses et ma responsabilité.

Les tâches ménagères ? Je ne la forcerai pas à en faire. Tout ce que je veux, c’est qu’elle sache se débrouiller plus tard.

Elle veut utiliser son argent de poche pour un iphone ? Si je pouvais j’achèterais des billets d’avion pour aller voir mes amis ou ajouter des meubles dans ma maison un peu vide. Pourtant, je ne peux pas lui en vouloir d’avoir des priorités différentes des miennes. Je lui apprends à ne pas juger les goûts des autres. A moi de l’appliquer aussi. En plus, elle a économisé pendant des années pour cela.

Et parfois elle me confie les réflexions de filles à l’école qui l’ont dérangée. Je veux maintenir ce lien. Elle se construit mais elle est fragile. Comme toutes les adolescentes.