Revue du livre Le racisme est un problème de blancs – Why I’m No Longer Talking to White People About Race

Revue du livre Le racisme est un problème de blancs - Why I'm No Longer Talking to White People About Race

Cela fait déjà 6 mois maintenant que le monde s’est réveillé à la réalité du racisme quotidien et des brutalités policières. Je te donne 10 raisons de lire le livre Why I’m No Longer Talking to White People About Race, qui a été traduit en français par Le racisme est un problème de blancs. Pourquoi maintenant ? Car ce n’est pas le moment de se rendormir sur les injustices et les inégalités, mon amie ma sœur.

1- De l’importance du lien émotionnel

Il est temps de se connecter à nos frères et sœurs de toutes les couleurs et de les écouter, non pas avec notre esprit rationnel mais avec notre cœur. Si une personne est blanche, elle n’a simplement aucune idée de ce que cela fait de vivre avec le racisme au quotidien. Alors avant de dire quoi que ce soit, écoutons avec la bienveillance et le respect dus à tous les êtres humains.

Reni Eddo-Lodge écrit qu’elle ne supporte plus cette déconnexion émotionnelle manifestée par les Blancs dès que les Noirs partagent leur expérience concernant le racisme.

Parce que je suis blanche, je ne peux pas prendre le recul nécessaire pour comprendre la situation puisque j’ai grandi dans une société dans laquelle certaines personnes ont décidé que le blanc serait la norme. Je ne me rend pas compte que le blanc est la norme alors je dois écouter les personnes qui sont victimes de racisme en raison de la couleur de leur peau. Je dois réfléchir, comprendre, faire le travail. Ce n’est pas aux Noirs de m’éduquer. C’est aux Blancs d’analyser la situation et se rendre compte qu’être blanc a été institué comme une norme.

2- Le racisme n’est pas la discrimination

Je sais que l’injustice est malheureusement partout. Cependant, les mots comptent ici. Le racisme n’est pas la discrimination, c’est pire. Le racisme implique l’idée de domination et de pouvoir précise Reni Eddo-Lodge.

3- Qu’est-ce que le privilège blanc

Honnêtement, j’ai découvert le terme privilège blanc cette année en 2020 mon amie ma sœur. Ce privilège est parfaitement décrit par l’auteure de Le racisme est un problème de blancs. J’ai été choquée par le malentendu autour du concept du privilège blanc sur les réseaux sociaux. Le privilège blanc ne signifie pas que la vie est facile pour les Blancs, qu’ils sont tous riches et heureux. En revanche, si je suis blanche, ma couleur n’a pas d’impact sur la trajectoire de ma vie, ou alors un impact positif. Le pire est que l’on ne remarque pas que l’on dispose de ce privilège blanc mon amie ma soeur : “(…) le privilège des Blancs est l’absence des conséquences négatives du racisme.” écrit Reni Eddo-Lodge.

Pourquoi les Blancs ne parlent-ils pas de ce privilège ? Car il fait partie d’un système structurel qui leur profite. Il est temps de regarder les choses en face si comme moi tu es blanche mon amie ma soeur.

4- Qu’est-ce que le racisme structurel

Malheureusement, le racisme est profondément ancré dans notre société. Le problème est que ce n’est pas toujours très évident et cela n’est pas une affaire de gentils innocents Noirs contre des méchants bourreaux Blancs. Pour moi, les brutalités policières ne sont que la pointe d’un iceberg bien plus profond mon amie ma sœur. Ainsi, le racisme structurel fausse l’égalité des chances.

Comment ? Car le visage du racisme a changé au fil des siècles. Aujourd’hui, non seulement la violence physique existe malheureusement, mais il y a aussi tout un système qui rend l’avenir de tout enfant noir plus difficile qu’un enfant blanc simplement parce que sa peau est d’une couleur et pas de l’autre. Au-delà des préjugés personnels de certaines personnes, le problème du racisme structurel est qu’il affecte négativement les chances des Noirs tout au long de leur vie. C’est inacceptable dans une société qui se dit civilisée.

5- Qui est raciste ?

Qui te vient à l’esprit quand je dis raciste mon amie ma sœur ? La vérité est que le racisme est très répandu, bien au-delà des extrémistes d’extrême droite : selon un rapport du journal The Guardian, la plus forte augmentation des racistes se trouve parmi les “hommes blancs et professionnels âgés de 35 à 64 ans, très instruits et gagnant beaucoup d’argent”.

Le problème est l’influence de ces hommes blancs. En effet, ils ont fait beaucoup d’études et ont un gros salaire donc ils sont probablement des propriétaires, des patrons, des PDG, des directeurs d’école ou d’université. “Ce sont presque certainement des personnes occupant des positions qui influencent la vie des autres.” explique Reni Eddo-Lodge.

Par conséquent le racisme d’aujourd’hui est si difficile à identifier parce qu’il ne se voit pas. Pire encore, l’auteure du livre Le racisme est un problème de blancs – Why I’m No Longer Talking to White People About Race écrit que rien ne peut vraiment empêcher une personne de devenir raciste, que ce soit son milieu social, sa richesse ou son éducation et ses études. Le racisme devient transparent. Et il est partout.

6- La méritocratie est une illusion

Nous aimons tous penser (j’en suis également coupable) qu’avec suffisamment d’efforts et de volonté, n’importe qui peut tout faire. La vérité est que si les dés sont pipés dès le début, ce jeu qu’est la vie est injuste. Je ne trouve pas d’excuses, je dévoile une dure réalité. L’ignorer nuit encore plus aux Noirs. On insiste sur le mérite comme si les Blancs qui avaient réussi n’avaient pas profité de leur couleur de peau, celle qui fait qu’un recruteur sera plus enclin à les embaucher par exemple. Donc il n’y a pas que le travail acharné.

Reni Eddo-Lodge ajoute : “Nous ne vivons pas dans une méritocratie, et prétendre qu’un simple travail acharné élèvera tout le monde au succès est un exercice d’ignorance volontaire.”

7- Tout a commencé avec l’esclavage

En tant que Blancs, il est de notre devoir et de notre responsabilité de comprendre que ne pas se concentrer sur la couleur de la peau des gens est très beau (nous sommes tous des humains, tous égaux en théorie) mais parfois cela peut être nocif. En effet, dire que l’on ne remarque pas la couleur de peau des gens balaie d’un revers de la main autant le racisme structurel actuel que l’histoire de la domination des Blancs sur les Noirs.

A ce sujet, j’ai regardé plusieurs documentaires réalisés par Arte sur l’esclavage. J’en ai parlé à mes enfants et j’ai regardé un épisode avec mon fils à cette demande. Voici le lien vers un des épisodes (il semble que les trois autres épisodes ne soient plus disponibles gratuitement): “1620 – 1789 : Du sucre à la révolte | Les routes de l’esclavage Partie 3 | ARTE”. Ce que je veux dire mon amie ma soeur, c’est que le point de départ est l’esclavage donc nous devons comprendre l’esclavage. Nous devons regarder l’esclavage dans les yeux. Oui, c’est du passé, mais le problème est que c’est l’esclavage qui a créé le racisme. L’esclavage est la racine du problème mais nous avons tendance à l’oublier.

Reni Eddo-Lodge écrit qu’elle-même a dû un jour se faire la réflexion et se rendre compte que les personnes de couleurs au Royaume-Uni n’étaient pas tous des immigrants récents, mais aussi des descendants d’esclaves. Or, comme l’a dit Ambalavaner Sivanandan : “Nous sommes ici parce que vous étiez là-bas”. Aucune eprsonne vivant sur le continent africain pendant les long siècles qu’ont duré l’esclavage n’a demandé à être kidnappée et envoyée de force sur un autre continent dans des conditions inhumaines. Aucune. Les Blancs ont du sang sur les mains. Se sentir coupable n’est pas la réponse. Prendre ses responsabilités l’est.

8- Les peurs et les mensonges des racistes

Reni Eddo-Lodge parle d’une interview qu’elle a faite avec un politicien d’extrême droite. Lis son livre Le racisme est un problème de blancs – Why I’m No Longer Talking to White People About Race pour en savoir plus. J’admire son courage et je pense qu’il est temps d’affronter les mensonges qui sont encore répandus comme l’idée que les Blancs sont ou deviendront une minorité ethnique en Europe ou l’idée de l’immigration de masse comme une forme de génocide des Blancs. J’ai adoré la façon dont Reni Eddo-Lodge établit un parallèle entre le racisme et l’homophobie : “Il y a un vieux dicton selon lequel l’homophobie de l’homme hétéro est enracinée dans la crainte que les hommes gays le traitent comme il traite les femmes. Ce n’est pas différent.”

9- Comment parler de racisme aux Blancs

Avoir honte d’être blanche n’est pas la solution et n’aidera pas les Noirs mon amie ma soeur. Reni Eddo-Lodge nous demande de parler aux autres Blancs du racisme.

Par exemple, récemment, je suis allée à la plage avec une amie, donc nous étions deux femmes blanches. Je lui parlais de documentaires que j’ai vus récemment sur le colorisme : “Full Episode: « DARK GIRLS 1 » | Dark Girls | Oprah Winfrey Network”, “Full Episode: « Dark Girls 2 (NEW for 2020) – OWN Spotlight » | Dark Girls | Oprah Winfrey Network” and “Full Episode: « Light Girls » | Light Girls | Oprah Winfrey Network”. Mon amie n’avait aucune idée que le colorisme existait.

Je n’ai pas fait quelque chose de difficile ni d’extraordinaire, j’ai juste partagé des infos, j’ai juste discuté. Tout le monde peut le faire. Réveillons-nous les Blancs ! Nous pouvons faire notre part en l’honneur de l’humanité et cela n’a pas besoin d’être compliqué, donc pas d’excuses.

Revue du livre Le racisme est un problème de blancs - Why I'm No Longer Talking to White People About Race

10- Le racisme est un problème blanc

Enfin, je tiens à souligner que le racisme est vraiment et à 100 % un problème de Blancs. Les Blancs ont décidé d’aller en Afrique et de kidnapper des gens. Les Blancs ont choisi de traiter des êtres humains comme des objets, de détruire des familles, d’exploiter des enfants, de piller des villages, d’anéantir des tribus et de voler tant de ressources à l’Afrique. Par conséquent, “Parler du racisme, c’est parler de l’identité blanche. Il s’agit d’anxiété blanche.” Aux Blancs de prendre la responsabilité de résoudre le problème qu’ils ont eux-mêmes créé.

Encore une fois, je ne fais pas la revue du livre Le racisme est un problème de blancs – Why I’m No Longer Talking to White People About Race pour te faire culpabiliser mon amie ma sœur. Je le fais parce que c’est mon devoir minimum en tant qu’être humain. J’adorerais faire beaucoup plus. J’adorerais si l’esclavage n’était qu’un cauchemar, mais c’est arrivé. L’avenir, c’est à nous de le créer. L’avenir des relations avec nos frères et soeurs, avec les êtres humains, est entre nos mains. Rendons hommage aux victimes innocentes de l’esclavage et du racisme en en parlant, en faisant notre petite part, en nous unissant à nos frères et sœurs, en nous unissant à notre vraie nature, en nous unissant à ce qui nous rend humains.

Qu'en penses-tu mon amie ma soeur ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.