Du comportement des femmes victimes de violences ou élargir notre esprit

Du comportement des femmes victimes de violences ou élargir notre esprit

On ne peut pas juger le passé d’une personne en observant son comportement présent. Chaque personne a sa façon de vivre avec la douleur. La nier ou l’étouffer par des comportements addictifs lorsque d’autres crient ou pleurent leur peine n’efface pas ce qui s’est passé. On ne sait rien de l’extérieur. Ce qui nous est offert n’est qu’apparences. Gardons l’esprit et surtout le cœur ouvert.

 

 

Eloge de la #routine pour reconstruire sa vie

Eloge de la #routine pour reconstruire sa vie

Il y a certaines choses que je ne comprendrai jamais, pas sur le plan intellectuel mais au niveau des sensations.

La première est l’ennui. La vie est tellement riche que je n’arrive pas à envisager que l’on puisse s’y ennuyer. La seconde est le mépris de la routine.

Je suis bien consciente que certaines femmes reprochent à leur homme une vie de routine.

Pourtant, la routine peut être examinée sous un autre angle, comme beaucoup de choses dans cette vie. La routine peut être une aide précieuse et un vrai soutien pour reconstruire sa vie, surtout en cas de stress post-traumatique.

Loin des clichés et des préjugés, j’ai envie que chacune se sente libre d’aimer la routine ou l’aventure constante 🙂

 

 

Quel est mon ressenti sur le travail en cabinets d’avocats ? réponse à MsKremiss

Quel est mon ressenti sur le travail en cabinets d'avocats ? réponse à MsKremiss

Que reste-t-il de mon passé en tant qu’avocat ? Une passion pour le droit et le soulagement d’avoir échappé à ce monde de travail intéressant mais acharné. Travailler quatorze heures par jours en tant que maman solo m’a menée à un burn-out. Par conséquent, donner aujourd’hui des cours sur Preply, notamment de français juridique, me permet d’allier mon goût pour le droit et ma santé.

 

 

Journal de bord d’une apprentie sophrologue en Tunisie #interview de l’auteure

Journal de bord d'une apprentie sophrologue en Tunisie #interview de l'auteure

Aujourd’hui avec Nathalie @mes_merveilleuses_fragilités nous avons parlé de son livre à paraître Journal de bord d’une apprentie sophrologue en Tunisie. Nathalie a souffert de maladies chroniques et d’un cancer du sein, mais elle a réussi à reprendre sa vie et sa santé en main, pas à pas.

Elle a suivi une formation de sophrologie en Tunisie, tout en tenant un journal qui est devenu un très joli livre à coeur ouvert.

D’abord, parlons de la Tunisie ! Elle est pour nous deux bienveillante et magique, presque maternelle. Elle nous protège et nous entoure de ses bras chaleureux comme une seconde mère.

Nathalie et moi partageons également l’expérience de la reprise d’études. Reprendre une formation est une façon de reconstruire sa vie.

Enfin, notre passion partagée pour le minimalisme ne doit pas tromper : la sobriété oui, mais heureuse et légère !

En ce qui concerne la méditation, j’ai beaucoup apprécié lorsque Nathalie l’utilise comme un moyen de connexion à soi même. Ainsi, nous pouvons nous sentir chez nous facilement et presque n’importe où.

Or la magie de la méditation rejoint parfois celle de vivre au bord de la mer. Ici réside une belle astuce pour les débutantes : inspire avec le mouvement aller des vagues et expire avec leur mouvement retour mon amie ma soeur.

Si tu as vécu des traumatismes mon amie ma soeur, quelle qu’ait été leur intensité, peut-être peux tu commencer à en rechercher le sens.

Nathalie a une très jolie phrase dans son livre : « Lorsque tout se sera passé, je comprendrai le sens de ce que je vis« .

Peut-être te sentiras tu inspirée d’explorer le pouvoir de l’alimentation, qui nous parle tellement à toutes les deux. Le simple fait de manger des fruits et légumes frais, de la nourriture brute sans plats préparés, associé à la vitamine D naturelle du soleil fait des miracles. (Voir ma playlist Nourriture magique à ce sujet !)

En outre, Nathalie dans son livre cite cette belle phrase de Voltaire : « Ceux qui disent que c est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui sont en train de le faire« . C’est cette citation précise qui m’a accompagnée pendant mes années de reprise d’études, lorsque j’avais tellement de mal à étudier en étant maman solo.

J’y suis « arrivée ». J’ai obtenu mon diplôme. Nathalie également. Beaucoup de personnes nous disent que nous sommes courageuses. Or j’adore lorsque Nathalie semble rappeler au monde que la fille forte a besoin d’amour. A ce sujet, j’ai été tellement touchée lorsque Gabby Bernstein, en interview, confie qu’elle aussi souffre parfois. Nous sommes toutes humaines mon amie ma soeur : « Gabby Bernstein on CreativeLive | Chase Jarvis LIVE | ChaseJarvis » (en anglais).

Un des livres les plus célèbres de Gabby Bernstein a été traduit en français : L’univers veille sur vous ! : Comment se sentir en confiance et en sécurité en tout temps :

Pourquoi je mange quand je suis fatiguée #seconnaitre

Pourquoi je mange quand je suis fatiguée #seconnaitre

On en revient toujours à l’impératif de Socrates « Connais-toi toi-même« , n’est-ce pas ?

Chacune a sa façon de compenser. Lorsque je suis fatiguée, au lieu de me reposer, je mange pour continuer.

Le savoir est le premier pas. Ensuite, nous pouvons choisir de modifier ce comportement 😉

 

 

Bonne année 2019 mon amie ma soeur !

Bonne année 2019 mon amie ma soeur !

Ce présent message de bonne année est le troisième sur la chaîne youtube Claire Samuel en français. Je suis si émue.

Mes premiers souhaits de bonne année 2017 provenaient du Cap Vert. C’était la première fois que j’allais en Afrique. Quel choc ! J’ai adoré, je me suis sentie si bien sur cette terre originelle.

Puis en 2018, j’étais pleine d’espoir car je terminais le long périple de plusieurs années qui m’avait menée à l’école des avocats.

Ce message pour 2019 a pour thème le coeur. Je te souhaite mon amie ma soeur, de trouver ce qui fait vibrer ton coeur : un homme magnifique, une activité que tu aimes tellement faire qu’elle ne semble pas du travail et des relations belles et saines avec toutes les personnes que tu aimes.

 

 

Pourquoi se comprendre entre mamans est crucial #compassion

Pourquoi se comprendre entre mamans est crucial #compassion

Je n’en ai pas rencontré beaucoup des personnes qui comprenaient ce que signifiait concrètement être maman solo. Pourtant, lorsque cela est le cas, lorsque je sens de la compassion dans le regard de la femme qui m’écoute, tout change. J’ai toujours ressenti un lien immédiat avec les autres mamans qui élèvent leurs enfants seules. Nous n’avons jamais eu besoin de beaucoup de mots pour nous entraider, pour laisser un enfant le matin à 7h chez l’une si l’autre avait un rendez-vous. Nous n’avons jamais eu besoin de nous connaître beaucoup pour nous confier nos enfants, car l’urgence et la fatigue sont passées en premier.

Lorsque j’ai quitté Paris, j’ai dit au revoir à la maman d’un ami cher de mon fils. Je n’ai jamais vraiment eu le temps de discuter avec elle. Pourtant, on était comme des sœurs, se rendant mutuellement service sans besoin de trop de paroles. Je lui ai dit qu’elle était la seule dans le quartier qui comprenait.

Nous avons besoin de compassion les unes envers les autres. Je parle de ce que je connais, mais je suis consciente que certaines femmes se sentent isolées car elles s’occupent d’un parent âgé ou ont un enfant trisomique. Chacune a son challenge. Pourtant, si nous apportons notre cœur dans nos relations, alors nous pouvons réduire ce sentiment d’isolement inhérent aux situations pas comme les autres.

 

 

 

Ce que mon fils m’a demandé #mamansolo

Ce que mon fils m'a demandé #mamansolo

« Maman ? »

« Oui ? »

« J’aimerais qu’il y ait un homme qui s’occupe de moi et un petit frère« .

Cela fait 8 ans que je suis seule. Je ne veux pas d’autres enfants a priori, mais en ce qui concerne un homme, je suis consciente qu’il existe beaucoup d’hommes admirables sur cette planète. Je fais confiance à l’univers.

 

 

 

Il ne faut pas se faire violence ou éloge du #soindesoi

Il ne faut pas se faire violence ou éloge du #soindesoi

Ma maman m’a appris que « dans la vie, il faut se faire violence« . Alors bien sûr, j’ai cru que j’étais destinée à être en relation avec des hommes dont la compagnie était désagréable, puisqu’il fallait se faire violence.

Aujourd’hui j’apprends à mes enfants que « dans la vie, il faut faire ce que l’on aime« . Cela ne signifie pas qu’ils ne doivent pas se lever le matin, se laver les dents ou faire leurs devoirs bien entendu. Pourtant, cette phrase est comme un axe, une direction de vie.

Mon but désormais est de faire ce que j’aime tellement souvent, tellement mieux à chaque fois, que j’en fais mon métier et ma vie.

 

 

 

Comment la sincérité et le courage de mon fils ont changé ma vie #inspiration

Comment la sincérité et le courage de mon fils ont changé ma vie #inspiration

C’était un gros morceau à avouer. Cela lui a demandé beaucoup de courage pour prononcer les mots. Il y avait un problème avec sa maîtresse, qui tournait autour de la honte. Elle faisait honte et se moquait des enfants qui avaient du mal en classe.

Je ne supporte pas le fait de faire honte à qui que ce soit, en particulier aux enfants. J’ai senti mes poils se hérisser et la colère monter dans ma gorge.

Soudain j’ai repensé à un collègue. Nous avions eu le plaisir de partager un petit déjeuner lors d’un déplacement à l’étranger.

Il était tellement heureux de me parler de ses enfants. Or je revoyais son visage à l’instant précis où il racontait avec la plus grande fierté la façon dont il avait changé sa fille d’école en moins d’une semaine, en raison d’un problème avec un professeur.

Cet évènement, soudain très vif dans mon esprit, est la clé qui m’a permis d’agir vite. Pourtant, cela signifiait que tous mes plans étaient détruits à cette seconde. En effet, j’avais mis mes enfants en internat la semaine car je travaillais très tard le soir (la nuit plutôt).

Réinscrire mon fils à l’école du quartier me forçait à repenser mon emploi du temps et ma vie toute entière dédiée au travail acharné.

Or ma vie a été bouleversée dans le bon sens du terme. J’ai quitté le cabinet. J’ai commencé à travailler depuis la maison en tant que traducteur.

Puis j’ai déménagé dans un pays chaud pour prendre soin de ma santé et de mon argent. Ma vie paradisiaque que je savoure aujourd’hui a été la création directe de la sincérité et le courage de mon fils de 9 ans.