« Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ? » 10 raisons de #lire #ChristineSinger

"Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?" 10 raisons de #lire #ChristineSinger

Une belle personne de notre communauté m’a conseillé le #livre de Christine Singer « Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ? » lors de la publication de ma vidéo « Revue du #livre Apprivoiser son ombre de Jean Monbourquette« .

Je pensais que j’allais commencer par réaliser une petite recherche sur google afin d’en savoir plus sur Christine Singer, notamment de quelle tradition religieuse elle est issue. En effet, elle fait référence aux trois grandes religions monothéistes dans son beau livre. Pourtant, cela s’est avéré inutile. Les références aux trois religions nourrissent ma réflexion et éclairent la pensée sans que j’aie besoin de connaître la religion de Christine Singer car son message est universel. Au-delà des familles de religions, nous sommes tous frères et sœurs.

Voici 10 raisons de se plonger dans la #lecture de « Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?« .

1. Un encouragement pour se lancer

« Toute folie finit par s’avérer raisonnable quand on la cultive assez longtemps« .

Me mettre à écrire Le noeud de la spirale ou partir vivre en Tunisie avec les enfants en quittant Paris peut sembler fou.

Pourtant, ces deux aventures ont été créées pas à pas, à l’instar de tout projet.

Cette belle phrase de Christine Singer constitue en outre une invitation à laisser de côté le regard voire le jugement des autres.

Chacun possède son échelle de mesure de la folie comme de la raison.

Là où certains voient folie, une personne peut voir raison. Surtout si l’on renverse la perspective.

Ainsi, aller vivre en Tunisie m’a permis de réaliser mes rêves et au-delà, tout en prenant soin de ma santé et donc de mes enfants.

Va vers tes rêves mon amie ma soeur, pas à pas dans la direction qui te fait vibrer.

2. Une invitation à lâcher les regrets de nos chagrins d’amour

Christine Singer me réconforte lorsqu’elle écrit : « La seule chose à la longue qui vaille le jeu et la chandelle est d’avoir aimé« .

Même si nous avons aimé des hommes indisponibles, même si l’histoire n’a jamais vu le jour, notre coeur a aimé.

N’ayons pas de regrets mon amie ma soeur. Un chagrin d’amour vaut mieux qu’un coeur tout rabougri.

Christine Singer conclut que : « L’amour qui lie l’homme à la femme , la femme à l’homme , et l’homme et la femme à l’amour, n’entrouvre son mystère qu’à ceux qui ne craignent pas de souffrir. ».

3. Savoir où l’on court

Un des avantages de la méditation réside dans cet instant de silence, ou d’éternité comme dirait Christophe André, que l’on offre ainsi à notre corps et à notre âme.

On pourrait alors se demander vers où l’on court. Le titre même du livre de Christine Singer résonne dans chaque chapitre de son livre.

Elle parle de « la petite phrase qui, à elle seule, peut faire basculer une vie : « Où cours – tu ? »« .

Parfois il est bon de se poser et de regarder autour. Parfois il est bon d’écouter le silence pour que notre petite voix intérieur puisse avoir son mot à dire.

Cette vie, ce théâtre, ce jeu et cette aventure : pourquoi ?

Un soir je me suis demandée si cela valait bien la peine de corriger un énième contrat à 23 heures, alors que mes yeux me faisaient si mal que je pouvais à peine lire le texte à l’écran.

Je me suis demandée si courir après le temps était vraiment la meilleure chose pour que mes enfants grandissent dans les meilleures conditions.

Et toi, mon amie ma soeur, où cours-tu ?

4. Un droit à l’erreur

Nous avons envie de démarrer un projet puis nous passons à l’action.

Et là, problème, erreur… Pourtant, tomber ou se tromper ne devrait pas être synonyme de fin de l’aventure. Il est possible de prendre un autre chemin.

Christine Singer nous rappelle avec douceur que « L’éloignement même, l’errance font partie du chemin« .

Oublions la perfection : « Personne n’exige de moi que je réussisse, mais seulement que je franchisse un pas en direction de la lumière« .

5. Ouvrir son point de vue

Christine Singer écrit que « Ce que toutes les cosmogonies des grandes religions illustrent et que la physique quantique a mis en évidence, c’est qu’une partie de l’univers est (dans) celui qui l’observe« .

Non seulement nous possédons beaucoup plus de pouvoir pour changer les choses que nous ne le croyons, mais en plus, notre façon d’évaluer nos circonstances actuelles peut elle-même les influencer.

Est-ce une invitation à la gratitude ? Qu’en penses-tu mon amie ma soeur?

6. Responsabilité et interdépendance

L’écologie cosntitue une illustration de l’interconnection entre les hommes. Je jette un déchet sur la plage et on le retrouve polluant un autre pays : « de chacun de nous dépend en toute dernière instance l’état du monde« .

Ce lien entre nous tous tisse une toile de responsabilité. Christine Singer dresse le triste constat que « l’illuminante révélation que tout n’est que reliance et corrélation n’a pas traversé le rideau de fer de nos consciences« .

Je ne peux pas fermer les yeux sur les enfants qui travaillent à l’autre bout du monde pour que je puisse acheter à bon prix des objets en plastique par exemple.

Je refuse de tourner la tête ailleurs. Je suis émue lorsque je lis Christine Singer écrire : « « Il est mort en moi le juge de mes frères et de mes sœurs. » Indescriptible , ce courant de la reconnaissance : ainsi tu es moi et je suis toi, et nous nous étions crus séparés.« .

Je n’ai pas encore trouvé la solution et je ne suis pas parfaite, mais je suis responsable de mes actes et de leurs conséquences sur les autres êtres humains.

7. Une invitation au changement

Avant je voulais tout contrôler et planifier. J’étais désemparée lorsque les choses ne se passaient pas comme prévu.

Aujourd’hui je garde à l’esprit la gracieuse mouvance d’une rivière entre les galets, douce et tranquille.

J’accueille le vent du changement avec plus de souplesse, car « La vie ne commence de faire mal, très mal, que lorsque nous ne nous laissons pas porter par son courant, lorsque nous tentons de nager à contre-courant.« .

Christine Singer a ces mots magnifiques : « La vie ne tolère à la longue que l’impromptu, la réactualisation permanente, le renouvellement quotidien des alliances. Elle élimine tout ce qui tend à mettre en conserve, à sauvegarder, à maintenir intact, à visser au mur. »

En outre, si le changement peut sembler subi, nous pouvons également être à l’origine d’une impulsion de renouveau.

Nous ne sommes en réalité jamais vraiment « coinçées » dans une situation inconfortable. « Nous sommes enfermés dans une prison et une voix nous dit : « Sors . » Nous répondons : « Impossible , la porte est verrouillée » , et la voix nous dit : « Oui , mais elle est verrouillée de l’intérieur , regarde et ouvre ! »« .

8. Pour une humble capacité d’écoute

« Chaque geste que tu fais peut t’ouvrir ou te fermer une porte. Chaque mot que bredouille un inconnu peut être un message à toi adressé. À chaque instant la porte peut s’ouvrir sur ton destin et par les yeux de n’importe quel mendiant, il peut se faire que le ciel te regarde. L’instant où tu t’es détourné, lassé, aurait pu être celui de ton salut. Tu ne sais jamais. Chaque geste peut déplacer une étoile. »

J’ai tellement appris de personnes plus jeunes que moi, très différentes de moi, avec beaucoup plus ou beaucoup moins de diplômes.

Conserver une oreille curieuse peut nous ouvrir les portes d’une vie extraordinaire.

Lorsque nous écoutons notre coeur et notre intuition, lorsque nous acceptons les paroles d’une personne sans s’attacher à son aspect extérieur, alors la magie de l’invisible peut nous être révélée.

Nous sommes tous de la même famille. Chacun enferme en lui un trésor. Chaque personne peut nous apprendre quelque chose. Là se niche la véritable humilité.

9. Vers une célébration du divin féminin

Depuis que je suis en Tunisie, je ne traverse plus chaque jours les couloirs du métro placardés de morceaux de corps de femmes.

Christine Singer dénonce « Ces femmes si belles , ces prêtresses vouées ici au martyre de l’insignifiance et de la profanation sur les murs de la ville sous nos regards consentants et véreux – n’est-ce pas là quelque chose de déjà ignominieusement familier ?« .

J’aime la grâce et la beauté du corps féminin. J’aime le voir célébré et honoré.

J’ai envie que les femmes soient fières de leur corps magnifique, pas qu’elles se comparent à des images irréelles de minceur retouchée.

« L’amour de l’homme et de la femme, épiphanie de la divinité, n’est plus qu’espace miné. Les panneaux publicitaires couverts du corps des femmes m’apparaissent parfois comme un étendage de peaux sous le couteau des équarrisseurs« .

10. Pour une évolution sans révolution

Je suis végétarienne, mais je ne trouve rien à redire aux carnivores. Qui suis-je pour juger ? Un membre de cette grande famille que nous composons, rien de plus et rien de moins.

Juger les autres n’aidera pas le monde à déployer toute la lumière dont il est capable. Ainsi, « À fixer trop longtemps le monstre qu’on veut combattre, on le devient » (Mircea Eliade). » et « Bernard Besret ose pour sa part une formulation encore plus radicale : « Le mal c’est le bien qu’on veut imposer aux autres. » »

Peut-être que la solution réside dans un comportement similaire à celui de l’éducation positive des enfants ?

Plutôt que juger ou prêcher, je peux incarner les valeurs qui me tiennent à coeur.

Je ne veux pas combattre ou revendiquer, mais laisser entrevoir un chemin possible.

Ainsi Christine Singer nous livre que « Nous nous indignons de la dégradation de la nourriture , de la qualité immonde de la viande et des légumes , des fruits , des ignobles manipulations , et la colère que nous éprouvons aggrave la haine et l’empoisonnement. ».

Alors concentrons-nous sur l’ouverture de notre conscience et les fruits que notre travail peut offrir pour rendre le monde plus beau.

Par exemple en partageant nos expériences, en s’entraidant mon amie ma soeur.

Dans cette vidéo, je mentionne les méditations guidées de Christophe André et la conversation avec Chantal Revault d’Allonnes à propos de son livre Patriarcat : fin de partie.

Le livre de Jean Monbourquette est Apprivoiser son ombre. Le Côté mal aimé de soi :

Merci Christine Singer.

Publicités

Coup de coeur lecture pour #enfants ou revue du #livre Aujourd’hui je suis sur les #émotions

Coup de coeur lecture pour #enfants ou revue du #livre Aujourd'hui je suis sur les #émotions

Je suis tombée par hasard sur ce beau livre sur les émotions. Quel coup de cœur !

J’adore les illustrations et surtout le fait d’avoir un support pour initier une conversation avec nos enfants sur ce qu’ils ressentent.

Je recommande chaudement Aujourd’hui je suis… de de Mies Van Hout et Julie Duteil.

Coup de coeur lecture pour #enfants ou revue du #livre Aujourd'hui je suis sur les #émotions

Pour aborder le sujet des émotions de façon ludique avec nos enfants, j’ai également beaucoup apprécié le film Vice-versa :

Revue du livre de Kate Magic sur la féminité #TheEmpoweredWoman

Revue du livre de Kate Magic sur la féminité #TheEmpoweredWoman

J’ai dévoré le livre de Kate Magic intitulé The Empowered Woman (en anglais pour l’instant) et n’avait pas envie d’arriver à la dernière page tellement il était agréable à lire.

Le sous-titre concerne les hormones (« A Holistic Guide to Understanding Your Hormones« ) et si ce livre n’avait pas été écrit par Kate Magic, que j’admire beaucoup, je ne l’aurai pas lu à cause du sous-titre qui ne m’intéresse pas.

En réalité, Kate Magic réussi à rendre le sujet des hormones intéressant et amusant. Grâce au livre The Empowered Woman, j’en ai appris beaucoup sur les hormones féminines et masculines.

Voici 10 raisons de lire The Empowered Woman.

1. La fin du patriarcat

The Empowered Woman a confirmé une idée phare du livre « Patriarcat : fin de partie » de Chantal Revault d’Allonnes.

Nous sommes dans une nouvelle ère, qui n’est pas le rejet des hommes, mais l’intégration harmonieuse entre le divin masculin et le divin féminin.

2. Intérieur et extérieur

Kate Magic écrit que notre pouvoir réside dans la connaissance que tout dans la vie constitue un reflet de notre état intérieur (« Empowerment is knowing that everything that happens in your life is ultimately a reflection of your inner state« ).

Tout est dit. Cela est mon souhait que nous toutes, mon amie ma soeur, nous continuions à travailler sur nous-mêmes, afin d’obtenir à l’extérieur la vie que nous méritons.

3. Encore Socrates

Décidément, il semble que tous les livres que je lis en ce moment convergent vers Socrates et le célèbre « Connais-toi toi-même« .

Kate Magic nous rappelle que la connaissance de soi est en outre un des plus beaux cadeaux que l’on peut offrir à soi-même.

Aujourd’hui, je n’ai plus envie de vivre pour plaire aux autres, mais pour découvrir qui je suis vraiment.

4. L’importance de la nourriture

Avant de réaliser ma douce transition d’une nourriture standard à l’alimentation crue, je n’étais absolument pas consciente de l’effet direct entre ce que l’on mange et notre état de conscience.

Désormais, manger un animal par exemple me serait impossible. Je n’aurais pas envie d’absorber sa souffrance.

Notre pouvoir personnel réside donc aussi dans nos choix alimentaires.

5. L’épigénétique ?

L’épigénétique constitue une nouvelle façon scientifique d’envisager nos gênes. Dans The Empowered Woman, Kate Magic nous invite à nous libérer du poids de notre passé génétique.

Nos gênes peuvent être modifiés grâce au style de vie que nous choisissons. Nous pouvons nous affranchir et créer notre vie.

6. Habitudes ou choix ?

Changer sa vie commence par changer nos habitudes. Au lieu de vivre comme un robot, je peux choisir de me demander : « Mais pourquoi est-ce que je fais ça tout le temps ?« .

Kate Magic nous rappelle qu’être assise 8 heures par jour est une mauvaise habitude qui abaisse notre taux de sérotonine.

Changer ses habitudes signifie également en introduire de nouvelles. Lorsque j’ai commencé à prendre l’habitude de faire 5 minutes de yoga par jour, je n’aurais jamais pensé en faire 30 minutes chaque jour plusieurs années après.

Une habitude consciente est un choix et peut nous mener loin.

7. Fini le stress mon amie

Etre une femme épanouie signifie être consciente que le stress est la pire des choses. Kate Magic précise qu’en tant que femmes, nous sommes encore plus disposées à le ressentir car toute la société est organisée de façon linéaire, sans respecter notre nature féminine cyclique, collaborative et intuitive.

Peu importe à quel point nous faisons l’effort de bien manger ou de faire le ‘exercice régulier si nous sommes stressées. La majeure partie de notre stress provient d’une attitude négative envers nous-mêmes d’ailleurs. Au contraire, prendre soin de soi abaisse le taux de cortisol.

Je l’ai appris à mes dépens. J’étais végétalienne et crue et je faisais du yoga chaque matin, mais en menant une vie de folie en travaillant dans un grand cabinet d’avocats. Cela m’a tout simplement menée au burn-out. Puis j’ai décidé de changer ma vie.

Je suis venue vivre en Tunisie afin d’abaisser mon exposition au stress quotidien.

Si ta situation présente est empoisonnée par le stress, sache que tu n’es pas seule. Kate Magic, dans son livre, partage à quel point elle s’est trouvée au bord de la crise de nerfs plusieurs fois dans sa vie. Donc tu n’es pas seule et tu peux changer tes circonstances actuelles mon amie ma soeur.

8. Faire respecter ses limites et savoir décevoir les gens

The Empowered Woman constitue une invitation de plus à faire respecter ses limites. Cela commence par dire non plus souvent.

Dire non aux autres signifie dire oui à soi.

Apprendre à décevoir les autres sans se sentir coupable constitue l’une des leçons les plus importantes pour moi. Je le partage dans mon livre Le noeud de la spirale car savoir décevoir est révolutionnaire.

9. Le principe du bonheur

Dans son livre, Kate Magic nous rappelle que nous sommes supposées faire l’expérience du bonheur dans notre vie. Nous le méritons quoi qu’il nous soit arrivé.

Suivre notre joie nous place dans une spirale positive vers encore plus de bonheur et de contentement. Tu sais à quel point ce concept de la spirale vertueuse m’est cher 😉

10. Du potentiel et du départ ou nos relations avec les hommes

L’erreur la plus fréquente commise par les femmes est de ne voir en un homme que son potentiel. Aimer un homme n’est pas le changer ou l’aider à devenir différent de ce qu’il est maintenant.

Savoir quitter les situations malsaines est une clé du pouvoir personnel.

Enfin, le rôle d’un homme n’est pas de nous rendre heureuse. Etre épanouie et partager son bonheur avec un homme est bien plus gratifiant pour les deux personnes impliquées.

10 raisons de lire le #livre Se séparer sans se détester

10 raisons de lire le #livre Se séparer sans se détester

1. Se séparer sans se détester est un bon livre de développement personnel, même si en ce moment tu n’es pas en train de quitter une relation amoureuse.

2. Le livre de Katherine Woodward Thomas sur la séparation bienveillante regorge d’astuces pratiques très utiles.

J’aime les conseils qui concernent cet état de trouble intense qui caractérise la rupture amoureuse.

Parfois, notre coeur brisé peut nous faire adopter des comportements irrationnels voire extrêmes.

Comment y remédier et retrouver notre état normal ? En identifiant nos émotions.

Ainsi, nommer ce que nous ressentons favorise une prise de conscience, première étape d’un retour à la normale.

3. Se séparer sans se détester c’est aussi effectuer la recherche suivante à l’intérieur de nous-mêmes : quelle est notre fracture d’origine ?

Quel est cet évènement enfoui dans le passé qui nous a tellement fait souffrir que nous avons l’impression de le revivre lorsqu’une histoire d’amour se termine ?

A nouveau, en identifiant le traumatisme, nous pouvons nous en libérer et avancer sur le chemin d’une vie plus heureuse et épanouie. En conscience.

4. Et si répéter un mantra intelligent nous aidait à sortir de la tristesse aigüe provoquée par la rupture ?

Le mantra consiste en une intelligente alchimie qui transforme notre état intérieur. En effet, le mantra nous fait renouer avec la partie de notre moi qui est une adulte intelligente, pleine de ressources et sage.

Le mantra positif, qui vibre d’une bonne intention, nous éloigne de l’enfant terrorisé qui est encore en nous et provoque des réactions extrêmes car il a peur. Réassurons-le avec un bon mantra.

Mon préféré est en ce moment : « J’ai tout ce dont j’ai besoin et plus encore« .

10 raisons de lire le #livre Se séparer sans se détester

5. Reprendre son pouvoir personnel au lieu de critiquer l’autre constitue le coeur de la séparation bienveillante.

S’éloigner de la position de victime pour identifier ce qui nous a conduit à l’erreur dans une relation nous fait grandir. Cela constitue également une promesse pour le futur. Si nous sommes capables d’identifier en quoi nous nous sommes trompées, nous pourrons construire une relation plus saine et plus belle la prochaine fois.

Dans mon livre Le noeud de la spirale, je te parle de cet homme que j’ai aimé pendant 13 ans. Ma question à moi-même serait ici : « Pourquoi ai-je choisi de me lier à un homme pas vraiment disponible pendant aussi longtemps ? »

6. Se pardonner fait partie du processus de rupture positive ou libération. Pardonnons-nous avant de pardonner l’autre.

Je fais l’effort de me pardonner d’avoir utilisé la pensée positive pour me voiler la face, pour espérer que le manipulateur changerait et pour minimiser la maltraitance en voyant les bons côtés de ma vie (j’avais de l’eau chaude au robinet par exemple).

7. Se séparer sans se détester est un livre qui nous invite à honorer l’histoire d’amour passée. L’objectif n’est pas de l’enjoliver ou de ressasser ce qui a été.

Honorer le temps passé ensemble et les bons moments, même s’il y en a eu des mauvais, permet de tourner la page avec sagesse et dignité.

Chacun sera ensuite libre et plus léger pour se créer un avenir radieux.

8. Envisager une rupture amoureuse dans la bienveillance ne signifie pas perdre de vue que la maltraitance peut exister. Le but sera avant tout d’assurer sa sécurité.

Je souhaite que les divorces à l’amiable ne soient pas utilisés par les manipulateurs pour conserver la victime sous contrôle.

9. Qu’est-ce qu’aimer vraiment ? Pourquoi Aristote place-t-il l’amitié au-dessus de l’amour érotique ? Quelle est l’inspiration qu’a fait naître en moi l’homme que j’appelle « ange » dans mon livre Le noeud de la spirale ?

Tout simplement vouloir le bonheur de l’autre. Et si on arrivait à se séparer en voulant tellement le bonheur de l’autre que l’on accepte même de ne pas faire partie de ce bonheur ?

Ce concept d’amitié totale peut nous aider si nous sommes la personne quittée.

10. Se séparer sans se détester nous fait gagner en maturité et en sagesse, mais aussi en argent. Ne laissons pas des procédures judiciaires longues, coûteuses et incertaines ternir la fin d’une relation amoureuse.


Découvre mon premier livre Le nœud de la spirale :

3 raisons de lire The Emotion Code le livre sur les #émotions piégées dans notre corps

3 raisons de lire The Emotion Code le livre sur les #émotions piégées dans notre corps

1. La raison des émotions piégées dans notre corps

Selon Bradley Nelson, les traumatismes de notre vie peuvent être si intenses qu’une émotion négative restera piégée dans notre corps : la colère, le chagrin, la tristesse, la jalousie.

2. La technique pour se libérer des émotions enfouies

En utilisant un test de résistance musculaire, nous pouvons découvrir quelle est l’émotion qui nous fait du mal, puis s’en libérer avec un aimant. La technique est très bien détaillée dans le livre The emotion code.

3. La façon d’envisager la vie, sans émotions négatives qui nous empoisonnent

Nous choisissons nos émotions, positives ou négatives.

Les trois valeurs clés d’une vie saine au niveau émotionnel sont le pardon, la charité et l’intégrité.

Je ferai une nouvelle vidéo au sujet de ce livre pour partager avec toi le résultat de ma pratique sur les enfants et moi, suivant les instructions du livre The emotion code.

Jean-Paul Mugnier serait fier de la vie que je me suis construite #hommage

Jean-Paul Mugnier serait fier de la vie que je me suis construite #hommage

Je remercie du fond du coeur Monsieur Jean-Paul Mugnier pour avoir été un soutien précieux.

Thérapeute familial, il m’a aidée à parler avec les enfants, à mettre des mots d’enfants sur la maltraitance.

Il est maintenant parti à la retraite. Mon chagrin est immense. J’ai perdu une des seules personnes à laquelle je pouvais tout dire.

Je me console en pensant qu’il serait fier de moi, notamment d’avoir réussi à changer ma vie et quitter mon appartement minuscule pour offrir une chambre pour chacun de mes enfants.

Jean-Paul Mugnier a notamment écrit La Promesse des enfants meurtris :

Le silence des enfants : Trois récits enchevêtrés d’une histoire unique suivis d’une nouvelle sans titre :

et le livre pour enfants Mathys ne veut pas dormir :

Revue du livre L’art du #minimalisme : Se libérer du superflu pour revenir à l’essentiel d’Élodie-Joy Jaubert

Revue du livre L'art du #minimalisme: Se libérer du superflu pour revenir à l'essentiel d'Élodie-Joy Jaubert

La sérendipité est toujours là : au moment où je m’apprête à déménager, la lecture du livre L’art du minimalisme vient à point nommé.

Voici mes 10 raisons de lire ce livre et d’aller faire une visite sur la chaîne youtube Sirène Bi et le compte instagram @sirenebio.

1. L’intérieur de notre maison est le miroir de nous-mêmes

Ce concept me fascine. J’étais consciente que la façon dont je me nourrissais et les pensées auxquelles je donnais de l’importance avaient une influence sur les circonstances de ma vie.

Désormais, tout fait encore plus sens. Je comprends que l’endroit dans lequel je vis a également une influence sur moi et donc sur ma vie.

Prendre soin de son intérieur signifie non seulement un corps sain mais également une maison saine.

2. Le vide pour accueillir la vie

Nettoyer, ranger et se débrasser des vieilles choses permet à une nouvelle énergie d’entrer dans nos vies.

Il paraît logique de faire le vide pour accueillir de nouvelles opportunités.

3. Avoir plus

Se détacher du matérialisme, ne plus recourir à la possession d’objets pour se rassurer : voici la véritable richesse.

Notre vie est plus grande et plus spacieuse lorsqu’elle n’est pas encombrée d’objets.

4. Le luxe du meilleur

« Consommer moins et mieux, c’est choisir de n’avoir que le meilleur« .

Un seul produit de qualité, durable, peut remplacer tellement d’objets pas chers et de mauvaise qualité.

Se donner le meilleur pour refléter notre valeur.

5. Quand jeter un objet ?

Une astuce très simple pour savoir si tel objet a encore sa place dans notre intérieur est le test d’une année.

Si je n’ai jamais porté cette robe pendant un an, je la donne.

6. Les objets et les personnes en trop

Le minimalisme va bien au-delà d’un intérieur propre et rangé.

S’entourer du nécessaire en se débrassant du superflu permet d’y voir plus clair, jusque dans ses relations avec les autres.

Mon espace comme mon temps sont précieux. Par conséquent, je choisis de ne pas entretenir de relations avec les personnes qui gaspillent mon énergie.

7. Le minimalisme nous fait gagner de l’espace et du temps

Plus nos affaires sont bien rangées, moins on utilisera du temps pour faire le ménage.

8. Minimalisme = moins de stress

S’alléger des objets qui nous encombrent ou nous pèsent permet de s’alléger et de réduire son stress.

Je suis fascinée par le parallèle entre l’aspect matériel de notre vie et le côté spirituel de notre existence. Ils sont tellement liés.

9. Augmenter sa richesse

Etre victime de la publicité qui vise à créer des besoins chez nous rend pauvre.

Choisir d’acheter un objet que lorsque l’on en a vraiment besoin augmente notre richesse.

10. Quelle est la chose la plus précieuse au monde ?

La santé bien sûr ! Aucun objet ne peut la remplacer. Moins de stress, plus de santé.

Osons le minimalisme car les résultats sont surprenants sur tous les aspects de notre vie.