Série #naissance à domicile : est il possible de donner naissance en quelques heures seulement ? – épisode 10

Série #naissance à domicile : est il possible de donner naissance en quelques heures seulement ? - épisode 10 Claire Samuel

Je veux casser le mythe du premier bébé qui ne viendrait au monde qu’après de longues et douloureuses heures de travail, laissant la maman épuisée de fatigue. Je ne suis pas une exception. J’ai organisé mon accouchement à la maison, sans préjugé sur le temps qu’allait durer le travail. Quelle heureuse surprise de commencer à avoir d’intenses contractions à vingt-et-une heures pour accoucher d’une merveilleuse petite fille à une heure du matin ! J’attribue une grande partie de succès à la prise régulière de tisane très concentrée de feuilles de framboisier, ainsi qu’au fait d’avoir utilisé une piscine de naissance. Oui, mon amie, ma sœur, il est possible d’accoucher à la maison, en quelques heures, sans péridurale, sans souffrance atroce et sans épisiotomie.

Série #naissance à domicile : comment optimiser sa liberté de mouvement à la maison pendant le travail ? – épisode 6

Série #naissance à domicile : comment optimiser sa liberté de mouvement à la maison pendant le travail ? - épisode 6 Claire Samuel

Pouvoir aller et venir librement et adopter toutes les positions qui nous font du bien pendant les contractions est un grand luxe. Si ma fille est née à la maison, mon fils est né à l’hôpital, prématuré. Je me souviens de la sensation d’enfermement que j’ai ressentie lorsque tous ces fils étaient enroulés autour de mon ventre. Certaines femmes ont même une perfusion dans le bras. Souvent, on leur interdit de manger au cas où une césarienne serait nécessaire. Par contraste, l’accouchement à la maison permet une liberté qui bénéficie autant à la maman qu’au bébé. Ainsi, pendant le travail, j’ai marché dans le quartier. Nous étions un soir d’été et il faisait chaud. Lorsque les contractions se sont intensifiées, je suis restée active, mais à l’intérieur de la maison. A chaque contraction, je m’accroupissais en émettant un son grave pour apaiser mon corps. La dernière étape fût de m’installer dans l’eau, mais seulement une fois que l’accouchement était très proche, afin de ne pas arrêter les contractions. En effet, l’eau est tellement apaisante qu’elle risque de faire cesser le travail. Dans la piscine de naissance, j’ai pu encore bouger et bénéficier de la liberté de mouvement que seul l’accouchement à domicile offre. Finalement, j’étais dans la position accroupie lorsque ma fille est née.