Que signifie avoir l’audace d’#êtresoi ? #interview de Randa

Que signifie avoir l'audace d'#êtresoi ? #interview de Randa

Randa anime la chaîne YouTube L’audace d’être soi et voici son compte Facebook.

Dans ce direct mon amie ma sœur, Randa et moi avons abordé les thèmes suivants :

1. Qu’est-ce que la codépendance ou de l’importance de mettre des mots sur les maux

Loin du ressentiment, notre but ici est de nous informer pour détecter les comportements narcissiques et manipulateurs afin de nous en protéger.

Randa parle de nombreux livres et recherches sur l’abus narcissique et elle sait de quoi elle parle pour l’avoir vécu personnellement.

Pour définir les contours de la codépendance, Randa recommande chaudement l’ouvrage de Lisa A. Romano (en anglais) Codependent – Now What? Its Not You – Its Your Programming.

J’ai également vécu une relation très toxique mon amie ma soeur, dont je parle notamment dans la vidéo « J’ai vécu avec un psychopathe en choisissant d’ignorer les signes de danger #phénix« .

Il est important de comprendre que la codépendance nous fait prendre des décisions irrationnelles, car nous autres personnalités empathiques sommes mues par le désir de faire plaisir et de sauver les autres, à notre détriment.

En outre, le gaslighting ou détournement cognitif constitue une manipulation de la réalité qui, associée à une image de soi déjà fragile, nous rend hypnotisée, épuisée, plus capable de discernement.

Randa nous a parlé du livre de Ramani S. Durvasula (en anglais) « Don’t You Know Who I Am? »: How to Stay Sane in an Era of Narcissism, Entitlement, and Incivility ainsi que de celui de Ross Rosenberg The Human Magnet Syndrome: The Codependent Narcissist Trap (en anglais).

Une fois que l’on a compris les ressorts de la relation toxique, une fois que l’on a admis que l’on n’était aucunement responsable des abus narcissiques dont nous avons été victimes durant notre enfance lorsque nous étions totalement vulnérables et dépendantes, alors on peut reprendre son pouvoir et sa responsabilité pour vivre notre vie d’adulte autrement.

2. Quel est le rôle des parents (dans le respect et la compréhension) ?

Parfois on envisage ses parents d’une façon très idéalisée. Cela nous empêche de nous reconnecter avec ce qui s’est passé. Certaines d’entre nous ont connu le chantage affectif, les personnalités borderline, les menaces de suicide, la peur de perdre l’amour de nos parents sans raison.

Si je choisis de regarder en face que je n’ai pas obtenu l’amour que je désirais tant recevoir de mes parents pour le simple fait d’exister, alors je peux avancer.

Je choisis de faire le deuil de la maman que je n’aurai jamais, je peux pleurer sur cette famille que j’aurais voulu avoir.

Je choisis de faire le deuil et de comprendre que je suis assez comme je suis. A ce sujet, Randa a parlé du livre Will I Ever Be Good Enough?: Healing the Daughters of Narcissistic Mothers du Docteur Karyl McBride (en anglais).

Je choisis de faire le deuil en ne prenant pas les choses personnellement, comme nous l’enseigne l’auteur Don Miguel Ruiz dans son livre Les quatre accords toltèques.

En outre, Randa a mentionné l’auteure Susan Forward, qui a écrit Parents toxiques (dont j’ai fait la revue ici « Revue du #livre Parents toxiques de Susan Forward« ) et Mothers Who Can’t Love: A Healing Guide for Daughters (en anglais).

En français, les livres du neuropsychiatre Boris Cyrulnik sont incontournables, notamment pour gérer les flashbacks et surmonter ce sentiment de honte toxique mentionné par Randa. Voir par exemple ses livres Mourir de dire: La honte et Sauve-toi, la vie t’appelle.

Ce qui reste à la fin de ce processus ? La compassion pour les souffrances de nos parents qui ont vraiment fait de leur mieux.

3. Comment reconstruire sa vie après une relation toxique et que signifie avoir l’audace d’être soi ?

Randa explique bien que lorsque l’on a les idées plus claires on peut se libérer de l’emprise.

En outre, elle identifie trois étapes dans le chemin qui mène à la reconstruction du soi, que l’on avait négligé.

La première étape consiste à reconnaître le problème. Puis vient l’étape du deuil. Enfin, la dernière étape est l’alchimie ou la transformation de ce qui nous est arrivé en une chose positive.

Enfin, Randa tenait à souligner l’importance d’adresser le stress chronique avec les thérapies psychocorporelles et l’ancrage, comme marcher pieds nus dans la nature.

En effet, notre corps est marqué par ce qui nous est arrivé, même si cela n’est plus apparent. A ce sujet, un livre éclairant est Le Corps n’oublie rien: Le cerveau, l’esprit et le corps dans la guérison du traumatisme de Bessel Van der Kolk.

Randa a également mentionné le yoga en conseillant de bien choisir son professeur de yoga, par exemple avec le site de l’association française de yoga Iyengar.

Enfin, il est possible de trouver des moyens de se materner nous-mêmes et d’apaiser notre enfant intérieur. Le livre A la rencontre de son bébé intérieur de Joanna Smith est parfait sur le sujet.

Merci de ton soutien à Randa et moi mon amie ma sœur !

Claire

Publicités