Ce que je retiens du direct en anglais #75

Ce que je retiens du direct en anglais #68
Ce que je retiens du direct en anglais #68

Deux ressources à partager avec toi mon amie ma soeur pour continuer l’éducation contre le racisme, si tu comprends l’anglais, avec une vidéo sur la fragilité blanche intitulée “Dr. Robin DiAngelo discusses ‘White Fragility’” et un livre “Why I’m No Longer Talking to White People About Race” de Reni Eddo-Lodge.

J’ai aussi eu le plaisir d’illustrer l’importance de ne pas croire son esprit sur parole mais de faire confiance à son corps mon amie ma soeur.

Pourquoi il ne faut pas toujours suivre les conseils des autres mais son intuition

Pourquoi il ne faut pas toujours suivre les conseils des autres mais son intuition

Je pensais que les autres savaient forcément mieux que moi car ils avaient un métier important, êtaient plus âgés que moi, ou simplement parce qu’ils étaient les autres et que je ne me faisais pas confiance.

Le résultat ? Je souffre aujourd’hui des erreurs commises par mes choix inspirés par les conseils des autres.

Alors non seulement l’opinion des autres n’est que la leur mais en outre la suivre par principe présente de nombreux inconvénients mon amie ma soeur.

Tu as tout en toi. Ton intuition, ta sagesse intérieure, ton guide mon amie ma soeur.

Série naissance à domicile : comment préparer son plan d’accouchement ? épisode 4

Série #naissance à domicile : comment préparer son plan d'accouchement ? - épisode 4 Claire Samuel
Série #naissance à domicile : comment préparer son plan d'accouchement ? - épisode 4 Claire Samuel

Préparer un plan d’accouchement signifie prendre le contrôle de la partie contrôlable de la naissance. Cela n’est pas synonyme de rigidité. Ainsi, si mon plan A est de donner naissance dans l’eau, mon plan B peut être d’envisager les différentes positions dans lesquelles donner naissance sur un lit, à la maison, voire à l’hôpital si besoin est.

Puisque l’accouchement me semblait une montagne à gravir, j’ai décidé d’élaborer un plan pour me rassurer. En outre, cela m’a permis d’être bien consciente de ce que je voulais vraiment, ainsi que des détails moins significatifs. J’ai donc rédigé une liste de mes attentes, à destination de ma sage-femme. J’avais une sage-femme indépendante, mais mon plan était également imprimé de façon à pouvoir être transmis à une sage-femme inconnue à l’hôpital dans l’éventualité où je doive être transférée.

D’abord, pas de lumière, ou juste ce qu’il fallait pour que ma sage-femme prenne des notes. Ensuite, pas de toucher vaginal car le mot lui-même me révoltait. Ma sage-femme, très compétente, a pu s’assurer que tout allait bien pour le bébé pendant le travail, simplement en écoutant les battements du coeur du bébé avec un appareil en bois semblable à une petite trompette. Puis, je lui ai demandé de ne pas m’informer du temps qui passait. En effet, je voulais me concentrer sur le travail, entrer en moi-même et suivre mon intuition. Les derniers éléments de mon plan de naissance concernaient mon refus, à la fois de la péridurale et de l’épisiotomie. A nouveau, j’étais ouverte à l’éventualité que cela soit nécessaire, mais exprimer ainsi mes préférences me permettait de réserver cette éventualité à un cas extrême.

Le meilleur conseil pour se reconstruire après la maltraitance

Le meilleur conseil pour se reconstruire après la maltraitance
Le meilleur conseil pour se reconstruire après la maltraitance

Cela en nous. Cela ne s’achète pas. Pourtant, cela est la meilleure astuce pour s’appuyer sur soi-même et reconstruire sa vie, lorsque l’on a l’impression qu’elle est déchirée, abîmée, en mille morceaux.