Série naissance à domicile : est il possible de donner naissance en quelques heures seulement ? – épisode 10

Série #naissance à domicile : est il possible de donner naissance en quelques heures seulement ? - épisode 10 Claire Samuel
Série #naissance à domicile : est il possible de donner naissance en quelques heures seulement ? - épisode 10 Claire Samuel

Je veux casser le mythe du premier bébé qui ne viendrait au monde qu’après de longues et douloureuses heures de travail, laissant la maman épuisée de fatigue. Je ne suis pas une exception. J’ai organisé mon accouchement à la maison, sans préjugé sur le temps qu’allait durer le travail. Quelle heureuse surprise de commencer à avoir d’intenses contractions à vingt-et-une heures pour accoucher d’une merveilleuse petite fille à une heure du matin ! J’attribue une grande partie de succès à la prise régulière de tisane très concentrée de feuilles de framboisier, ainsi qu’au fait d’avoir utilisé une piscine de naissance. Oui, mon amie, ma sœur, il est possible d’accoucher à la maison, en quelques heures, sans péridurale, sans souffrance atroce et sans épisiotomie.

Série naissance à domicile : comment préparer son plan d’accouchement ? épisode 4

Série #naissance à domicile : comment préparer son plan d'accouchement ? - épisode 4 Claire Samuel
Série #naissance à domicile : comment préparer son plan d'accouchement ? - épisode 4 Claire Samuel

Préparer un plan d’accouchement signifie prendre le contrôle de la partie contrôlable de la naissance. Cela n’est pas synonyme de rigidité. Ainsi, si mon plan A est de donner naissance dans l’eau, mon plan B peut être d’envisager les différentes positions dans lesquelles donner naissance sur un lit, à la maison, voire à l’hôpital si besoin est.

Puisque l’accouchement me semblait une montagne à gravir, j’ai décidé d’élaborer un plan pour me rassurer. En outre, cela m’a permis d’être bien consciente de ce que je voulais vraiment, ainsi que des détails moins significatifs. J’ai donc rédigé une liste de mes attentes, à destination de ma sage-femme. J’avais une sage-femme indépendante, mais mon plan était également imprimé de façon à pouvoir être transmis à une sage-femme inconnue à l’hôpital dans l’éventualité où je doive être transférée.

D’abord, pas de lumière, ou juste ce qu’il fallait pour que ma sage-femme prenne des notes. Ensuite, pas de toucher vaginal car le mot lui-même me révoltait. Ma sage-femme, très compétente, a pu s’assurer que tout allait bien pour le bébé pendant le travail, simplement en écoutant les battements du coeur du bébé avec un appareil en bois semblable à une petite trompette. Puis, je lui ai demandé de ne pas m’informer du temps qui passait. En effet, je voulais me concentrer sur le travail, entrer en moi-même et suivre mon intuition. Les derniers éléments de mon plan de naissance concernaient mon refus, à la fois de la péridurale et de l’épisiotomie. A nouveau, j’étais ouverte à l’éventualité que cela soit nécessaire, mais exprimer ainsi mes préférences me permettait de réserver cette éventualité à un cas extrême.

Série naissance à domicile : que faire si le père n’est pas impliqué ? – épisode 3

Série #naissance à domicile : que faire si le père n'est pas impliqué ? - épisode 3 Claire Samuel
Série #naissance à domicile : que faire si le père n'est pas impliqué ? - épisode 3 Claire Samuel

Lorsque j’ai accouché, j’étais déjà dans une relation toxique avec un homme manipulateur et violent. Plus tard, il m’avoua même qu’il n’avait fait des enfants avec moi que pour m’empêcher de le quitter. Par conséquent, il n’a pas sauté de joie lorsque je lui ai annoncé que j’étais enceinte, il n’a pas du tout été impliqué durant la grossesse et totalement absent pendant l’accouchement. J’ai donné naissance à ma fille dans la cuisine et il a passé le temps de l’accouchement à l’autre bout de l’appartement dans le salon, devant l’écran de son ordinateur. Pourtant, la naissance de ma fille à la maison reste un moment très heureux.

En outre, j’ai lu plusieurs livres de l’obstétricien français Michel Odent, puisque j’ai eu la chance d’être née dans ses mains, dans les années 80. Il était à l’époque un précurseur de la naissance sans violence, respectueuse de la maman comme du bébé. Il est intéressant d’observer qu’il a changé d’avis en ce qui concerne la présence du père à l’accouchement. Ainsi, plus tard dans sa carrière, il a conclu que l’accouchement était un moment sacré qui était plus apprécié entre femmes uniquement. En effet, le corps de la femme pouvait alors conserver tout son attrait, même après la naissance. Je trouve cet argument particulièrement intéressant. Je suis convaincue de sa véracité, même si cela n’est qu’inconscient. Peut-être qu’il est préférable pour les pères d’éviter d’être témoin de la douleur de leur femme durant le travail. En effet, les hommes aimants feront tout leur possible pour éviter que leur femme souffre en cherchant toujours une solution pour apaiser toute peine qu’elle pourrait ressentir. Cela semble donc naturel de leur éviter d’être des témoins impuissants de la douleur inévitable de l’accouchement.

Qu’en penses-tu ?

Pourquoi attirer l’ #abondance avec plusieurs sources de revenus plutôt qu’une seule ?

Pourquoi attirer l'abondance avec plusieurs sources de revenus plutôt qu'une seule ? - Claire Samuel
Pourquoi attirer l'abondance avec plusieurs sources de revenus plutôt qu'une seule ? - Claire Samuel

Je fais l’expérience de me consacrer entièrement à ma mission, au lieu de travailler 13 heures par jour sur des contrats financiers qui, au bout du compte, ne vont pas changer la vie des millions de femmes qui souffrent aujourd’hui. J’explique à mes enfants que je travaille beaucoup comme ils peuvent le voir, mais que les revenus que je souhaite viendront dans un second temps. Je dois d’abord donner, par exemple passer des jours à écrire mon livre Le nœud de la spirale, avant de recevoir. Voyons si avoir plusieurs sources de revenus est plus efficace qu’en avoir une seule.